La rue principale

C'est la rue principale de Dénia, le centre vital et névralgique de la ville.


De nombreux commerces, bars, restaurants et banques se sont établis dans cette rue. La rue est piétonne les week-ends pour que les habitants et les touristes puissent s'y promener en toute sécurité. Les platanes des deux côtés de la rue lui confèrent un charme particulier.


Cette rue est également appelée populairement rue Campos, elle est le cadre d'un grand nombre d'évènements qui se déroulent à Dénia : le lâcher de taureaux (durant la fête d'intérêt touristique national des Bous a la mar [taureaux à la mer]), le défilé de carrosses (durant la festa major déclarée d'intérêt touristique provincial) ainsi que le défilé de gala de moros y cristianos (maures et chrétiens), la foire de la santé et de l'alimentation naturelle, la foire du jouet, etc.


INTÉRÊT HISTORIQUE

La rue Marqués de Campo est une des artères qui ont le plus influencé le devenir de la configuration actuelle de la ville, notamment durant la fin du XIXe siècle et le début du XXe. Elle est également l'axe principal de ce qui était connu à Dénia comme la zone d'expansion extramuros. En effet, après la destruction des murailles, la zone d'expansion qui était en train de prendre forme en dehors de l'enceinte fortifiée et s'étendait vers le Nord et vers le Sud fut intégrée à la ville. D'une part, car vers le Sud le tracé de l'ancienne ligne ferroviaire vers Carcaixent créa une limite et, d'autre part, car la dynamique urbaine souhaitait connecter cette zone à la mer, ce qui ne se fit qu'au début du XXe siècle.


Dans cette rue se trouvait le Théâtre principal, édifié en 1869 et actuellement disparu.


La rue Marqués de Campo se fit en 2 phases : en 1880, les premiers travaux et alignements débutèrent et, en 1890, fut inauguré l'Hôtel El Comercio, ce qui mit fin au premier tronçon entre les rues Carlos Sentí et Diana. Les plus beaux exemples d'immeuble de l'époque, avec leur homogénéité et unité, se trouvent du côté gauche de la rue lorsqu'on fait face à la mer.


L'ouverture du second tronçon, qui menait à la mer, fut paralysée à cause de l'existence de 3 entrepôts. L'ouverture totale à la mer ne se fit qu'en 1917.


Rue Campos, certains édifices sont particulièrement représentatifs de l'architecture du XIXe siècle : l'immeuble situé au nº 17, ancien hôtel el Comercio (transformé en restaurant), dont la façade est recouverte d'azulejos originaires du Portugal polychromes et aux motifs géométriques, ainsi que celui du nº 7, qui fait angle avec le nº 11 de la rue Diana, en bon état de conservation, daté entre 1873 et 1900 et ayant été rénové à plusieurs reprises ultérieurement.